Interview de Timothy Wilmots, alias « Timtool »

Si, comme moi, vous parcourez régulièrement les forums de discussion et les chaines YouTube dédiés au travail du bois, ou à son outillage spécifique, vous êtes certainement déjà tombés sur une réalisation de Timothy Wilmots.

Timothy Wilmots Benchworks

Ce menuisier belge de (presque) 29 ans partage ses nombreuses créations sur la toile pour le plus grand bonheur des boiseux. Il participe à des forums de discussion spécialisés (sous le pseudonyme « Timtool ») mais publie surtout des vidéos plutôt intéressantes, dans lesquelles il explique sa façon de travailler et démontre l’intérêt de ses réalisations.

On lui doit, notamment, une ingénieuse boîte de rangement multifonction de type Systainer qu’il a appelée « MFTB » :

MFTB

Ainsi qu’un super établi « MFTC », basé sur le principe de la table MFT de la marque Festool :

MFTC

Vous souhaitez en connaître un peu plus sur Thimothy et sur ses méthodes de travail ?
Je vous propose, ci-dessous, une petite interview qu’il a eu la gentillesse de bien vouloir m’accorder :

Pour que les lecteurs comprennent qui tu es, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Timothy Wilmots, j’ai 28 ans et j’habite dans la province de Liège, en Belgique.
Je suis agriculteur de formation et maintenant menuisier indépendant.

Comment et quand t’es venu cet intérêt pour le travail du bois ?

Un peu par hasard. Il y a 5-6 ans. J’ai acheté un petit combiné bois de la marque « Kity » sur eBay. J’avais récupéré beaucoup de bois lors du démontage d’un bâtiment et je voulais en faire quelque chose. Cela a été mon premier contact sérieux avec le travail du bois.

Es-tu plutôt autodidacte ? Ou as-tu suivi une formation spécifique ?

Bizarrement, en secondaire agricole, j’avais eu le choix entre quelques heures de cours « bois » ou « métal ». Après avoir essayé les deux, j’ai opté… pour le métal !

Bien après, j’ai débuté le bois en autodidacte, en utilisant internet et des livres. Mais en 2010, j’ai eu la chance de pouvoir suivre une formation en cours du soir à l’IPES de Herstal (Belgique), une formation accélérée de menuisier en 2 ans, 5 soirs par semaine.
Cette formation n’existe malheureusement plus par manque de participants (j’ai terminé les 6 derniers mois comme seul élève).
Cela m’a permis d’obtenir le diplôme nécessaire pour devenir menuisier indépendant. Mais ça m’a surtout permis d’apprendre énormément grâce aux deux profs qui s’alternaient, et qui avaient des méthodes et approches très différentes.

En dehors de créations spécifiques, tu conçois notamment des meubles. Peux-tu nous décrire ta façon de travailler ?

Je commence quasiment toujours par dessiner le projet, le soir, en 3D, en utilisant le logiciel de modélisation Sketchup.

Plan workbench

Cela permet de le montrer au client et de faire des changements rapides. Après ça j’imprime quelques vues avec les cotes importantes. Je ne dessine jamais les détails des assemblages. Ensuite, en atelier, je fais une liste de découpes où je tiens compte des assemblages et autres détails.

Mais j’améliore constamment mes méthodes.

Au début, j’allais chercher le bois nécessaire pour chaque projet, pour simplement faire du bénéfice. Maintenant je peux me permettre d’acheter des boules entières de bois massif. il n’y a que les panneaux que je ne stocke pas. Je suis situé dans une vallée et si je stocke des panneaux dans un local non isolé/chauffé, ils finissent par gonfler.

De quel matériel disposes-tu ?

En plus de l’outillage portatif de base, je dispose d’une panneauteuse/toupie, et d’une rabotteuse-dégauchisseuse de la marque Robland.

Timothy Wilmots dog

Je compte remplacer ces deux machines dans quelques semaines par d’autres de la marque Felder.

Je possède aussi une toupie et une scie à ruban de la marque Hammer.

Timothy Wilmots bandsaw

Ce sont des machines européennes, mais de moyenne gamme. J’ai toujours voulu être prudent et investir dans des machines après avoir gagné de quoi les payer.

Mon dernier investissement est un chariot élévateur, il me permet de manipuler les boules de bois et de les stocker en hauteur. Grâce à ça, la surface prise par mon stock de bois s’est ainsi réduite de 2/3 !

Quel est ton outil ou ta machine préféré(e) ?

En portatif, sans hésiter, la Domino (Festool) ! Grâce à elle, un petit indépendant comme moi peut fabriquer des meubles sur mesure, ou en petite série, et concurrencer les « gros ».

Festool Domino 500

En machines stationnaires, c’est la panneauteuse.

Machine pour le travail du bois Robland

Je suis très influencé par certaines méthodes américaines dû au fait qu’ils dominent l’Internet et que je suis trilingue. Par contre, quand je les vois essayer de couper un panneau sur leurs machines rudimentaires alors je suis très content de disposer d’une telle machine, ici, en Europe.

En visionnant tes vidéos, on s’aperçoit rapidement que tu es un adepte de la marque Festool… As-tu des contacts privilégiés avec ce fabricant ?

J’ai débuté avec une autre marque (bleue) il y a 3-4 ans. En cours du soir, j’ai découvert la marque Festool que je ne connaissais pas. Bien-sûr quand j’ai vu les prix, je me suis plutôt mis du coté des « anti » mais, à force de l’utiliser, je me suis rendu compte c’était une autre classe d’outils.

Timothy Wilmots Festool drill

Et puis, honnêtement, je suis aussi sensible au lieu de fabrication. Par principe, j’essaye d’éviter les outils et machines fabriqués dans des endroits où le niveau de vie est inférieur au nôtre. Les seuls contacts que j’ai avec Festool se font par l’intermédiaire des nombreux concours organisés en belgique ; j’y participe à chaque fois.

 Y-a-t-il une réalisation dont tu es particulièrement fier ?

De manière générale, je suis plutôt du genre à ne voir que les défauts de mes réalisations…
Je suis, d’ailleurs, toujours un peu surpris chaque fois que client me complimente sur mon travail.

A côté de cela, quand je regarde mes anciennes réalisations, comme l’établi MFTC, je me demande comment je suis parvenu à faire ça !

MFTC Sketchup

Tu as réalisé de nombreuses vidéos, cela représente beaucoup de temps. Quel est ton objectif avec ces vidéos ?

Quand je pense faire un projet spécial, je filme la construction. Mais je n’en fais, souvent, rien après. Cela double quasiment le temps de fabrication, alors je ne peux pas me permettre de le faire trop souvent…

Mon objectif est surtout de partager mes méthodes sur les forums auxquels je participe.

Ma chaîne YouTube attire aussi du monde, plus de 4.600 abonnés en ce moment ! Cela ajoute une certaine pression. Je fais attention à mes commentaires et, surtout, je reçois entre 15 et 30 mails par jour du monde entier. Parfois même des visites ! Hier un menuisier croate, il y a quelques mois un Canadien, etc…

Tu participes également à de nombreux forums étrangers et tu présentes tes vidéos en Anglais. Que penses-tu des boiseux étrangers et plus particulièrement des américains ?

Je suis surtout actif sur un forum néerlandais mais je participe également à d’autres comme le forum dédié aux outils Festool (NDLR : www.festoolownersgroup.com).

Dans mes vidéos, j’essaye de toucher le plus grand nombre, alors je préfère utiliser l’Anglais. Me filmer, et parler en plus, est cependant une torture pour moi qui suis plutôt timide !

Timothy Wilmots

Ce que j’apprécie chez les Américains, ce sont leurs ateliers propres et organisés. Ceux qu’on retrouve en Europe font plutôt honte la plupart du temps, y compris certains coins du mien que j’évite de filmer !   🙂

De manière générale, penses-tu qu’il y ait encore de l’avenir pour la menuiserie/ébénisterie artisanale ?

Cela va bientot faire trois ans que c’est mon gagne pain et je n’ai jamais été sans travail, c’est un vrai luxe de pouvoir refuser du travail.
Au début, j’acceptais tout. Aujourd’hui, j’ai encore du mal à dire non, ce qui me met parfois dans des situations difficiles ou insolites…

Mais je n’aime pas trop faire de la menuiserie générale, il y en a déjà assez qui le font. Et j’aime travailler seul dans mon atelier, avec comme seule compagnie mon chien qui ne me quitte jamais et qui me donne une bonne excuse pour ne pas faire de chantiers. 🙂

Timothy Wilmots dog

Maintenant il faut s’adapter au travail et se spécialiser, ou trouver une niche si on veut avoir l’occasion de faire des meubles artisanaux.

Je travaille aussi pour d’autres menuiseries locales qui n’ont pas toujours le personnel capable de réaliser certains projets plus complexes.

Par contre, ne me demandez pas de poser une porte ou un chassis, ça me dépasse complètement !

As-tu d’autres passions ?

J’ai toujours aimé cultiver mon jardin potager. Mais quand je suis devenu indépendant, je n’ai plus eu le temps les premières années…

L’année dernière, je me suis un peu relaché, en ne travaillant (presque) plus les dimanches.
Mais j’ai fait de ma passion mon travail alors ce n’est pas vraiment une contrainte.

Pour conclure, quel(s) conseil(s) donnerais-tu à quelqu’un qui envisage se lancer à son compte dans le travail du bois ?

Je n’ai pas de leçon à donner mais je conseillerais d’être prudent et de ne pas prendre trop de risques. Il faut être prêt à ne rien gagner pendant un an ou deux. Et passer toutes ses soirées à faire des devis et autres paperasses…

Mais faire ce qu’on aime et n’avoir personne au dessus de vous en vaut largement la peine !

Merci Timothy !

Voilà, j’espère que vous avez apprécié cet échange autant que moi.

Pour ceux qui souhaitent prolonger la découverte, je vous invite à consulter le site Internet de Timothy www.benchworks.be où vous pourrez voir de nombreuses photos de la boîte MFTB, de l’établi MFTC, ainsi que d’autres réalisations.

Chose intéressante sur son site : on peut y voir des photos de boiseux du monde entier qui ont réalisés, notamment, des établis grâce aux plans que Timothy met à disposition.

Allez également jeter un oeil à ses vidéos sur sa chaîne YouTube benchworks tv.

Pour ma part, je vous recommande la vidéo ci-dessous, dans laquelle il montre comment il a fabriqué une porte en bois pour son propre atelier, c’est bien réalisé et hyper intéressant !!  🙂

 

4 réflexions au sujet de « Interview de Timothy Wilmots, alias « Timtool » »

  1. Benoit

    Merci pour cette sympathique interview, de bonnes questions. La dernière est particulièrement interpellante ? Des idées … ?

    Bravo à Timothy Wilmots pour son partage.
    On rêverait d’un atelier comme le sien !

    Répondre
  2. Frédéric LEMAN

    Bonjour Alex,

    Merci pour votre site et l’interview de Timothy. C’est un youtubeur que j’aime beaucoup et j’ai forcément appris de nouvelles choses à son sujet grâce à votre interview 😉

    A bientôt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *