Réalisation d’une table de salon en chêne massif (4ème partie : la fixation des plateaux)

Après les première, deuxième et troisième parties de ce projet, je montre ici comment j’ai procédé pour la fixation des plateaux.

Après de longues interrogations et recherches, j’ai décidé de réaliser des petits taquets qui seront fixés aux plateaux et emboités dans les traverses à l’aide de Domino.

Première étape : la découpe des taquets dans les restes de chêne.

Travailler le bois table chêne Festool TS55

La découpe en série :

Travailler le bois table chêne Festool TS55

Et les 16 futurs taquets !

Travailler le bois table chêne Festool Domino

L’utilité de l’accessoire Festool pour center les pièces étroites..

Travailler le bois table chêne Festool Domino

Ici aussi, j’ai utilisé une cale pour tricher avec la Domino. Le but étant d’avoir un petit écart dans l’emboîtement, ce qui aura pour effet de « presser » les plateaux contre les traverses. Explication en images plus loin..

Travailler le bois table chêne taquet Domino

Le réglage de hauteur de la Domino qui est « trompé » par l’usage des petites cales d’épaisseur :

Travailler le bois table chêne Festool Domino

Et voilà le but de la « tromperie ». On peut voir ici comment le taquet est fixé à un niveau plus bas que le dessus de la traverse..

Travailler le bois table chêne Festool Domino

Le fraisage a aussi été fait plus large dans les traverses, afin de permettre au bois des plateaux de se dilater..

Travailler le bois table chêne Domino

Les taquets ainsi préparés, j’ai ensuite découpé le plateau inférieur pour qu’il puisse se loger entre les quatre pieds.

Et, pour cela, j’ai posé la table en devenir sur le plateau inférieur :

Travailler le bois table chêne

Ca affleure bien, c’est tout bon.

Travailler le bois table chêne

Travailler le bois table chêne

Je me suis servi d’une épaisseur d’équerre à combinaison Stanley comme « espaceur » pour la dilatation.

Travailler le bois table chêne

Et j’ai tracé les découpes, très simplement.

Travailler le bois table chêne

Ensuite, il ne restait plus qu’à aller faire les découpes dans le garage..

Travailler le bois table chêne

Le plateau et la table (dont la structure n’était pas encore complètement collée) :

Travailler le bois table chêne

Dans le garage :

Travailler le bois table chêne Festool TS55

Premières coupes avec la scie circulaire :

Travailler le bois table chêne Festool TS55

Dans les deux sens :

Travailler le bois table chêne Festool Trion

Y’a plus qu’à !

Travailler le bois table chêne Festool Trion

Pour la finition des découpes, j’ai utilisé une scie sauteuse à l’envers, c’est plus facile pour repérer le trait de coupe.

Travailler le bois table chêne Festool Trion

Un petit coup de papier de verre pour finir, et voilà !

Travailler le bois table chêne Festool

En position dans la structure (avec un peu de jeu pour la dilatation du bois) :

Travailler le bois table chêne

(Re)pose du plateau supérieur :

Travailler le bois table chêne

Là, on touche au but !

Travailler le bois table chêne

 

Mais avant de fixer les plateaux, et de les traiter, j’ai fait quelques petites retouches.
J’avais, en effet, quelques petits noeuds creux à combler..

Travailler le bois table chêne

Pour cela, j’ai acheté un reboucheur bois pétrissable de la marque Polyfilla.

Travailler le bois table chêne

Etalement de la matière avec une spatule :

Travailler le bois table chêne

Ici, c’est comblé, mais pas encore poncé :

Travailler le bois table chêne

Et après ponçage :

Travailler le bois table chêne

Pas mal, mais je n’ai pas été assez patient et j’ai poncé assez vite, sans en remettre un peu..

 

Les taquets réalisés et les plus grosses retouches effectuées, je pouvais maintenant passer à la fixation proprement dite des plateaux, en commençant par le plateau inférieur « emprisonné » dans la structure.

Travailler le bois table chêne

Mais J’en ai rapidement profité pour parfaire le dessus des pieds qui accueillera le plateau supérieur.

Travailler le bois table chêne

Un petit coup de Rotex :

Travailler le bois table chêne Festool Rotex

Et c’est parfait !

Travailler le bois table chêne

Donc, maintenant, l’opération consistait à fixer le plateau inférieur avec les taquets.
Pour cela, je l’ai remonté contre les traverses du haut, et je l’ai fixé temporairement avec des serre-joints. Le but étant de me permettre de fraiser les traverses afin d’y insérer les taquets.

Travailler le bois table chêne

Fraisage des mortaises pour les taquets :

Travailler le bois table chêne Festool Domino

Et donc le système :

Travailler le bois table chêne Festool Domino

Pas évident de travailler comme ça, mais ça a été.

Travailler le bois table chêne Festool Domino

Et voilà les mortaises et les taquets dedans :

Travailler le bois table chêne

Il ne restait plus qu’à redescendre le plateau inférieur contre les traverses, et le refixer avec les serre-joints pour retourner le tout.

Travailler le bois table chêne

Et donc à l’envers. Prêt à fixer les taquets !

Travailler le bois table chêne

Le taquet qui n’est pas contre le plateau :

Travailler le bois table chêne

D’abord un pré-trou :
(J’ai posé, ici, un morceau de ruban adhésif sur la mèche pour éviter de forer trop profond et percer mon plateau.)

Travailler le bois table chêne Bosch GSR

Puis vissage. Pas trop fort.. du moment que le taquet presse un minimum contre le plateau.

Travailler le bois table chêne Bosch GDR

Ca serre juste comme il faut.

Travailler le bois table chêne

La suite :

Travailler le bois table chêne

Et voilà, c’est fixé !

Travailler le bois table chêne

On retourne le tout :

Travailler le bois table chêne

Et une petite vue de côté :

Travailler le bois table chêne

J’ai procédé exactement de la même manière pour le plateau supérieur mais sans faire de photo..
La suite ? Traitement du bois et.. le résultat dans la 5ème et dernière partie.

Index de la réalisation :

 

10 réflexions au sujet de « Réalisation d’une table de salon en chêne massif (4ème partie : la fixation des plateaux) »

  1. François

    Bonsoir Alex,
    Tour d’abord félicitations pour le blog et les diverses réalisations.Je suis depuis quelques semaines en cours de réalisation d’un copié collé de votre table.Et oui quelques semaines…je suis long car peu de temps devant moi. Je suis à une étape critique qui consiste à fixer les plateaux sur la structure.pour le plateau supefieur, il n’y a évidemment aucune question ni aucun problème.En revanche concernant le plateau inférieur je suis coincé. Impossible de le glisser dans la structure. Et là je suis bien embêté et sincèrement inquiet car la structure est collée et indémontable. J’ai utilisé une lamelleuse au lieu de la domino mais j’ai gardé votre principe.J’avoue ne pas comprendre comment vous avez fait pour l’insérer car vous semblez aussi d’abord avoir complètement assemblé et collé la structure avant d’insérer le plateau inférieur. J’ai juste changer la hauteur de la traverse inférieure qui fait 6 cm au lieu de 5 cm car ma lamelleuse fait des entailles de 6cm de longueur même avec des biscuits taille 0…j’ai un problème de réglage de butée de profondeur de ma lamelleuse, mais bref cela n’a pas de lien. Donc help Alex svp…j’ai peur de devoir casser la structure…j’ai beau essayer de l’insérer par le haut, de biais entre les traverses, il en diagonal, etc mais ca ne passe pas.d’avance merci

    Répondre
    1. Alex Auteur de l’article

      Bonjour François,
      Dans mon cas, je n’ai collé que 2 cotés de la structure afin de pouvoir insérer le plateau inférieur avant qu’il ne soit « emprisonné ».
      Si, chez toi, tout est déjà collé, tu as 2 solutions :
      – soit « casser » proprement ta structure et la recoller ensuite.
      – soit couper ton plateau en deux, puis le recoller une fois inséré à l’intérieur de la structure…
      Bonne chance et n’hésite pas à m’envoyer une photo quand tu auras fini, ça fait toujours plaisir. 😉
      Merci pour ta visite,
      Alex

      Répondre
      1. françois

        Bonjour Alex

        Et merci de la rapidité de réponse…Zut c’est bien ce qu’il me semblait.
        J’avoue que je m’étais pourtant clairement posé la question de comment tu avais réussi à glisser le plateau inférieur dès le départ du projet, mais je pensais que tu avais collé ta structure et que tu avais réussi à le glisser en diagonal entre la traverse sup et inf…Un bête calcul de Pythagore m’aurait permis de voir que ça ne passait pas…Quel idiot. J’ai fait confiance un peu trop bêtement au cheminement des photos du blog…Et avec un montage avec des lamelles, impossible de ne coller que la moitié de la structure car les biscuits ne permettent pas un montage à « blanc » rigide de la structure qui n’arrive pas être autoportante en comparaison aux faux tenons d’une domino…(faut que j’investisse et que je casse le portefeuille).

        Je vais donc effectivement couper le plateau en deux, ce qui me semble le « plus facile » car j’ai trop peur d’endommager la structure en essayant de la décoller.
        Par contre je vais perdre en longueur sur le plateau inférieur l’équivalent de l’épaisseur de la lame (2,2 mm sur ma festool idem la tienne) donc je vais couper plus large et recoller une planche complète au centre.
        Quelle déception toutefois de ne pas y avoir pensé…C’est vraiment stupide

        Tiens au fait dernière question : sais-tu me dire à quel grain tu as fini le ponçage pour passer au huilage ? J’ai déjà tout poncé au grain 80 (je vois encore trop de queues de cochons, et au toucher c’est trop mat et trop grossier), et je pensais faire du 120 puis 180 mais pas au delà. Tes plateaux sont vraiment très brillants avant même le huilage, c’est chouette. Et quel grain utilises-tu pour l’égrainage entre couches ?

        Par contre j’ai aussi acheté mes planches chez brico dépôt et j’ai aussi choisi les plus belles, mais cependant en assemblant les panneaux, j’ai eu quelques problèmes de « jour » entre les champs des planches, même en pressant assez fort…Je ne sais pas si tu avais fait le choix de repasser un coup de scie sur la longueur de toute tes planches pour avoir quelque chose de parfait. Moi non, et du coup je regrette un peu. Je vais sûrement devoir légèrement comblé à la pâte, ce qui donnera un résultat moyen à mon avis…Surtout que je ne sais pas comment réagi la pâte à bois au huilage final (si ça se trouve ça va carrément révéler et faire sortir les retouches et ça ne sera pas top…)Bref encore beaucoup de questions.

        Répondre
        1. Alex Auteur de l’article

          Pour l’histoire du plateau et de ta « déception », il faut le prendre comme une expérience, hein !? 😉
          Je t’avoue que je ne me souviens plus avec quel(s) grain(s) j’ai poncé car j’avais utilisé les papiers qui étaient dans la boîte de la ponceuse (de prêt).
          Mais, si je devais recommencer, je ferais probablement P80-P120-P180 avec égrenage au P180 entre les couches de finition.
          Pour les planches de chêne, j’ai eu de la chance car, non, je ne les avais pas recoupées. Mais, à refaire, je l’aurais fait. C’est toujours mieux. L’idéal étant de les (re)dégauchir et de les (re)raboter…
          Pour la pâte à bois, je te conseille de faire des essais AVANT, en appliquant la finition choisie dessus.
          Bonne continuation,
          Alex

          Répondre
  2. Arnaud Dubessay

    Bonjour Alex,

    j’ai une question qui me trotte dans la tête : une fois que tu as eu fixé les traverses ( supérieures et inférieures) aux pieds, comment as tu fait pour rentrer le plateau inférieur entre les pieds ? parce que j’ai l’impression que même en le rentrant en biais, ça ne passe pas.

    Je souhaite réaliser aussi cette table, mais en utilisant des équerres et des visses, penses tu que cela ait une conséquence ?

    Merci pour le partage de ton savoir.

    Arnaud.

    Répondre
    1. Alex Auteur de l’article

      Bonjour Arnaud et merci pour ton message.
      J’ai fixé le panneau inférieur en même temps que j’ai assemblé les pieds/traverses.
      Car, effectivement, ça ne rentre pas une fois la structure montée…
      Par rapport à ta question concernant les équerres et les vis, je te conseillerais d’utiliser également de la colle à bois.
      Après, c’est une question d’esthétique. A la limite, un système comme celui proposé par Kreg pourrait être une bonne alternative.
      Bons copeaux,
      Alex

      Répondre
  3. Amaury

    Bonjour Alex,

    Un grand bravo et surtout merci de partager ton expérience qui m’a donné envie de me lancer dans l’aventure. Je vois en plus que ce blog vit depuis plus de 2 ans, vraiment chapeau!
    Je suis allé chez Brico acheter mes planches ce matin, j’ai du faire un sacré tri et encore, toutes ne sont pas parfaitement droites, je vais essayer de faire au mieux et de choisir les plus belles pour le plateau supérieur.
    J’en profite pour te poser quelques questions avant de me lancer :
    1- de manière générale pour les découpes, je vois que tu utilises un revêtement martyr, est-ce pour le confort d’usinage ou est-ce pour un meilleure finition de coupe? J’ai une scie circulaire Makita (non plongeante) et je m’en sers généralement en faisant ressortir la lame dans le vide de l’autre côté de la planche que je découpe. Penses-tu que je devrais/pourrais aussi utiliser un revêtement martyr malgré le fait que ma scie ne soit pas plongeante?
    2- j’ai téléchargé le plan sketchup que tu as réalisé, ma question est sur les dimensions des pieds. En effet tu utilises 4 planchettes de 60mm de large assemblées. Comment les as-tu obtenues? En effet, en coupant dans la longueur une planche de 180 de large en 3 éléments, j’obtiens moins de 60mm car j’ai la largeur de la lame qui doit m’enlever au moins 2mm de matière non?. C’est un détail mais du coup je ne sais pas s’il vaut mieux réaliser seulement 2 planchettes dans la largeur, réellement à 60mm pour être sûr d’avoir une dimension parfaitement maîtrisée ou si tu pars plutôt sur 57 ou 58mm de large.
    Merci d’avance pour tes réponses, à bientôt.

    Amaury

    Répondre
    1. Alex Auteur de l’article

      Salut Amaury,

      Beau petit projet dans lequel tu te lances. 😉

      J’utilise une planche martyr pour 2 raisons :
      – pour de ne pas abîmer ma lame (je coupe toujours en appui sur un panneau, très rarement « dans le vide ») ;
      – afin d’avoir une belle finition dessous également (dessus, c’est le rôle du pare-éclats du rail de scie).
      Par rapport à ta scie circulaire sans rail, je dirais que ça va être un peu « chaud chaud » pour avoir une belle finition… A tester.

      Pour les pieds de la table, en réalité les planches découpées font 59 mm (et pas 60 mm). Pas de problème pour en découper 3 dans une largeur de 180 mm, donc. 😉

      Merci pour ton message et.. bons copeaux !

      Alex

      Répondre
      1. Amaury

        Salut Alex,
        Merci pour ta réponse.
        J’ai opté pour la planche martyr et effectivement ça fait de très belles découpes. Concernant ma scie circulaire elle n’est pas plongeante mais j’ai acheté un rail de guidage à part (Wolfcraft) qui me permet d’avoir de belles découpes bien droites. J’arrive à avoir une bonne précision, j’ai découpé tous les éléments pour les pieds (57mm de large du coup 🙂 ) et j’arrive à être bien régulier.
        Je t’enverrai une photo lorsque j’aurai fini.
        A bientôt.

        Amaury

        Répondre
        1. Amaury

          Salut Alex,

          J’ai fini ma table basse, je suis super content. Merci encore pour ce blog génial qui m’a beaucoup aidé!
          Si tu as une adresse mail à laquelle je peux t’envoyer une photo tu peux me la communiquer si tu veux.
          Bonne soirée.

          Amaury

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *